Carence martiale et insuffisance cardiaque

La carence martiale (CM), ou carence en fer, se traduit par un manque de fer pour créer l’hémoglobine. Le fer est l’oligoélément le plus abondant du corps humain qui en contient, dans des conditions normales, entre 2,5 et 4 g (aussi bien chez la femme que chez l’homme). Il agit dans tous les métabolismes musculaires c’est-à-dire les musques squelettiques et le muscle cardiaque. La carence en fer provoque donc une diminution de la fabrication de l’hémoglobine au niveau de la moelle osseuse et un dysfonctionnement des muscles. L’ensemble des ces altérations ayant pour répercussion une diminution de la qualité de vie des patients. Lorsqu’on parle de carence martiale et insuffisance cardiaque, c’est une comorbidité. Les comorbidités sont définies par la présence, en même temps chez un patient, de plusieurs affections chroniques qui nécessitent des traitements sur le long terme (par exemple : insuffisance cardiaque et carence martiale). 

Comment diagnostiquer la carence martiale ?

Dans le contexte de l’IC, la carence martiale est mesurée par une prise de sang comprenant la ferritine et le coefficient de saturation.

Votre médecin peut donc rechercher la carence martiale en dosant dans votre sang la « ferritine » et le « coefficient de saturation de la transferrine ».

On parle de Carence martiale quand la ferritine est inférieure à 100 (CM absolue) quelque soit le coefficient de saturation ou quand la ferritine est entre 100 et 300 si le coefficient de saturation est inférieur à 20% (CM relative).

Définition de la carence martiale (CM)

Ferritine <100

CM absolue

100< Ferritine <300

et

Coefficient de saturation (CTS) <20%

CM relative

             Ou

Le dépistage de la carence martiale est une recommandation de l’ESC

https://www.escardio.org/Guidelines/Clinical-Practice-Guidelines/Acute-and-Chronic-Heart-Failure

Anémie et insuffisance cardiaque

Dans le contexte de l’insuffisance cardiaque, l’anémie est une complication fréquente et significative. Cette condition se caractérise par une diminution du nombre de globules rouges ou de leur capacité à transporter l’oxygène, ce qui entraîne une réduction de l’oxygénation des tissus. Dans le cadre de l’insuffisance cardiaque, l’anémie peut résulter de plusieurs facteurs, notamment une diminution de la production de globules rouges due à une insuffisance de la moelle osseuse stimulée par une mauvaise perfusion sanguine ou à une carence en fer, ainsi qu’à une augmentation de la destruction des globules rouges en raison d’une stase veineuse ou de la prise de médicaments. L’anémie aggrave souvent les symptômes de l’insuffisance cardiaque, y compris la fatigue, la dyspnée et la faiblesse musculaire, en mettant davantage de pression sur le cœur déjà affaibli. Par conséquent, la gestion efficace de l’anémie chez les patients atteints d’insuffisance cardiaque revêt une importance cruciale pour améliorer leur qualité de vie et leur pronostic.

Carence martiale et insuffisance cardiaque

Dans l’insuffisance cardiaque, la carence martiale est liée à un défaut d’absorption du fer par la muqueuse digestive et également a une  inflammation. Plus l’IC est sévère, plus l’absorption est altérée. La sévérité de la carence martiale est corrélée au niveau de dysfonction du muscle cardiaque et des muscles squelettique et elle est associée à la survenue d’évènements cardiovasculaires, de décompensations cardiaques et à l’altération de la qualité de vie du patient insuffisant cardiaque (fatigue accrue, essoufflement et capacité à l’effort réduite).

Selon le rapport d’évaluation de la HAS (2011) sur la carence en fer, la prévalence de l’anémie serait de l’ordre de 55 % chez les patients ayant une insuffisance cardiaque congestive.

Pour consulter ce rapport : CLIQUEZ ICI

Comment traiter carence martiale et insuffisance cardiaque ?

Le traitement consiste à apporter du fer à l’organisme. Malheureusement du fait des problèmes d’absorption, le fer prescrit par voie orale habituellement  pour traiter les carences martiales liées à des saignements est inefficace pour améliorer le devenir des patients comme l’étude IRON OUT HF l’a démontré. (Référence : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5703044/)

Le fer per-os n’est donc pas suffisamment absorbé par les patients insuffisants cardiaques. Autrement dit l’administration de fer par voie orale ne permet pas de corriger la carence martiale mais pourra pour autant donner des effets secondaires digestif.

 

C’est donc un traitement par fer intraveineux qui doit être prescrit aux patients insuffisants cardiaques qui ont une carence martiale. L’injection intraveineuse de Carboxymaltose Ferrique a demontré son efficacité pour réduire les réhospitalisations pour décompensation cardiaques et améliorer la qualité de vie dans plusieurs études. (Références : https://www.thelancet.com/article/S0140-6736(20)32339-4/fulltext) et https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25176939/

Vivre avec une carence martiale et insuffisance cardiaque

La carence martiale peut évoluer au fil du temps. La fréquence des bilans sanguins à réaliser dépend de la sévérité de l’insuffisance cardiaque.

Il est conseillé de réaliser au minimum un bilan de carence martiale et d’augmenter la fréquence en fonction de la sévérité de l’insuffisance cardiaque. L’idéal est bien-sûr de réaliser ce dosage dans le bilan global du patient insuffisant cardiaque qui comporte : la numération de formule sanguine, le ionogramme sanguin avec urée et créatinémie, les biomarqueurs NTproBNP (lien ci-dessous pour en savoir plus sur les  biomarqueurs), BNP, l’acide urique et le contrôle du cholestérol et du bilan glycémique (lien ci-dessous pour en savoir plus sur le diabète).

Après la correction intraveineuse de la carence martiale par une ou deux injections en fonction de la sévérité, il est utile de réaliser un nouveau le dosage (ferritinémie et CTS) 3 mois après afin de vérifier la correction de la carence martiale  

Pour en savoir plus sur les biomarqueurs :

Pour en savoir plus sur le diabète :

Prendre en charge carence martiale et insuffisance cardiaque en hospitalisation ou au cabinet

Lorsque l’on dépiste en ville une carence martiale, il faut contacter, pour pouvoir la traiter, un hôpital référent qui a mis en place une organisation pour assurer la perfusion de fer soit en hospitalisation classique, ou en hôpital de jour (lien vers la page : CLIQUEZ ICI) ou en hospitalisation à domicile (lien vers la page : CLIQUEZ ICI).

Lorsque le patient insuffisant cardiaque est hospitalisé, il est primordial de dépister la carence martiale, si possible dans le bilan d’entrée, car elle peut être traitée dès la phase d’hospitalisation.

 

Vidéo « Pourquoi et comment prendre en charge la carence martiale ? » Thibaud DAMY et Damien LOGEART - JESFC

Vidéo Jean-Noël TROCHU – Insuffisance Cardiaque et Carence martiale étude CARENFER – CardioOnline - SFC

“Restez positif et engagé dans votre traitement. Ensemble, nous pouvons vaincre l’insuffisance cardiaque et vous aider à mener une vie plus saine et plus épanouie.”